1. > Voir le keynote...

    JURA PLURIEL — ARCHITECTURES DANS LE JURA 1960-2010

    N° 58 Automne-hiver 2010 | © Éditions Pro Jura

    Comité de rédaction:

    Chantal Calpe-Hayozet, LaurentKleiber, corédacteurs en chef, Bernard Bédat, Françoise Beeler, Gérard Cattin, Marcel Jacquat, Jean-Louis Rais, Alexandre Voisard

    Mise en page et ligne graphique:

    Roger Voser

    Photographies:

    Jacques Bélat

    Impression:

    Centre d’impression Le Pays, Porrentruy

    Éditeur:

    Editions Pro Jura, Moutier

    Éditorial — Architectures plurielles

    L’architecte exerce l’un des plus beaux métiers du monde. Il joue un rôle de premier plan dans la mise en scène et en harmonie de nos cadres de vie. Cela souligne l’importance de son rôle social et culturel, et combien sa profession est exigeante.

    En préparant son numéro 50 consacré aux hommes et femmes créateurs-inventeurs-agitateurs culturels et économiques de la région, le comité de rédaction de Jura Pluriel avait volontairement écarté les architectes, se promettant alors de leur réserver un cahier spécial. Les pages que vous allez feuilleter sont le fruit de cette promesse.

    Si la réputation des paysages jurassiens est établie, le patri- moine architectural de la région est en revanche moins connu. C’est vrai en particulier de l’architecture moderne et contempo- raine. Il fallait donc tenter de montrer les « architectures dans le Jura» des cinquante dernières années. Et, surtout, donner au lecteur l’envie de les découvrir. Carte blanche a été donnée à trois jeunes architectes – Christine Rais, Léo Biétry et Antoine Voisard – qui ont retenu une quarantaine d’objets au terme d’une démarche très réfléchie, expliquée dans leur avant-propos (page 2). Les trois auteurs ont fait preuve d’un engagement sans faille et d’un bel enthousiasme, malgré la complexité de la tâche. Car ils ont dû trancher dans un large éventail de réalisations. Et, on le sait, choisir, c’est hélas renoncer.

    Un soin particulier a été porté aux plans, qui illustrent la variété et la richesse du langage architectural. Avec les descriptions et les commentaires, ces partitions de la construction donnent à voir de beaux tempéraments architecturaux. Indirectement, toutes ces pages rendent aussi hommage aux ingénieurs qui mettent leur créativité au service de solutions nouvelles, et aux innombrables artisans sans lesquels les plus beaux projets ne pourraient se réaliser.

    Le monde bouge, il change vite et entraîne dans son sillage toute sorte de bouleversements qui exigent de solides facultés d’adaptation, de la vision et du courage. L’architecture, qui n’échappe pas à ce phénomène, devra relever de nouveaux défis, ici comme ailleurs. C’est un beau chantier, difficile. Les œuvres réunies dans cette revue illustrent le passé et le présent. Elles montrent aussi que les architectes jurassiens sauront affronter l’avenir avec confiance.

    Laurent Kleiber

    Avant-propos

    «Le monde bâti est un objet étrange. A peine édifié, il semble s’animer d’une vie indépendante et, reflet énigmatique de tous leurs pouvoirs, il exerce sur les humains une fascination qui appelle un commentaire interminable».

    Françoise Choay, «La Règle et le modèle»

    Donner un aperçu du meilleur de la production architecturale des cinquante dernières années dans les six districts du Jura historique, telle est la tâche, à la fois exaltante et redoutable, que le comité de rédaction de Jura Pluriel nous a fait l’honneur de nous confier.

    Exaltante, notre mission l’était parce que nous savions qu’elle nous amènerait à découvrir, dans chaque localité, des réalisations que nous ne connaissions pas, ou à considérer avec un regard neuf celles qui nous étaient déjà plus ou moins familières. Et redoutable, parce qu’elle nous mettait devant l’obligation de faire des choix (comment être exhaustif sur une période et dans un rayon géographique aussi vastes?) en émettant, par la force des choses, des jugements de valeur.

    Or, précisons-le d’emblée: le florilège ici présenté n’est pas un palmarès, et nous ne prétendons pas à une objectivité qu’il serait en effet bien illusoire – ou présomptueux – de revendiquer. Inévitablement partielle et partiale, notre sélection est le résultat d’un processus somme toute assez empirique: après avoir parcouru le territoire en repérant tous les objets qui nous paraissaient présenter un certain intérêt architectural, nous avons procédé à une première « décantation », que nous avons ensuite affinée en fonction des informations effectivement disponibles sur chaque ouvrage. Notre démarche était donc résolument axée sur les bâtiments pris pour eux-mêmes, sans rechercher à tout prix un équilibre du point de vue de leurs maîtres d’ouvrage et concepteurs, de leur fonction, de leur répartition géographique ou de leur date de construction.

    De fait, il est clair que bien d’autres réalisations auraient pu être retenues. Il n’en reste pas moins que notre « anthologie » nous semble refléter des réalités qu’une analyse plus systématique et scientifique permettrait sans doute de confirmer. Ainsi nous est-il apparu qu’autant la région regorge de belles églises et d’écoles intéressantes, autant elle est pauvre en bons immeubles d’habitat collectif ou à usage mixte.

    De même, force est de constater que, dans le Jura comme ailleurs, les années 1980 ne représentent pas une période bénie sur le front de l’architecture... On pourra par ailleurs s’étonner qu’un territoire aussi rural comporte aussi peu de constructions agricoles modernes ou contemporaines dignes d’être publiées. Enfin, on relèvera que toute une série de contributions majeures sont dues à des concepteurs provenant d’autres régions de Suisse. Si certains d’entre eux ont été sollicités pour leur réputation et leurs compétences spécifiques – comme le Bâlois Hermann Baur pour l’église catholique de Moutier –, beaucoup ont obtenu leurs mandats à l’issue d’une procédure de concours – une pratique dont on ne soulignera jamais assez la pertinence pour des ouvrages d’une certaine importance. Cela étant dit, le Jura et le Jura bernois ont toujours, eux aussi, compté des architectes de premier plan, et il est réjouissant d’observer que la relève est particulièrement dynamique et prometteuse.

    Encore faudrait-il toutefois que la bonne «architecture d’architectes » soit comprise et appréciée par l’ensemble de ses destinataires. Car tel est bien le paradoxe de l’architecture – et de l’architecture moderne et contemporaine en particulier – que d’être souvent peu accessible aux profanes, alors même qu’elle exerce une influence considérable sur leur existence de tous les jours. Il en résulte un fossé entre une architecture de qualité dans laquelle le public ne se reconnaît pas, et une production courante dont les professionnels ne peuvent souvent que déplorer la médiocrité. Remédier à ce décalage nécessiterait bien sûr un travail pédagogique de longue haleine. La présente publication a néanmoins pour ambition d’y contribuer – un peu – en fournissant quelques clés aux lecteurs.

    A travers les informations contenues dans les textes, les plans et les magnifiques photos de Jacques Bélat, nous espérons qu’elle donnera à chacun l’envie de s’intéresser de plus près, non seulement aux réalisations présentées, mais à tous les ouvrages qui composent notre univers quotidien. Le jeu en vaut la chandelle, car le monde bâti représente, pour qui sait le regarder, une source de plaisir intarissable.

    Christine Rais

    Antoine Voisard

    Léo Biétry

    Les auteurs

    Christine Rais — Née en 1965 à Delémont. Obtient son diplôme d’architecte à l’École polytechnique fédérale de Lausanne en 1991 et collabore ensuite avec différents bureaux au Maroc et en Suisse. Dès 1995, exerce une activité indépendante, avec la participation à divers concours et la réalisation de projets dans les domaines de l’habitat et de la restauration/adaptation de monuments historiques. En 2003, après un séjour de près de quatre ans au Maroc, reprend son activité d’architecte entre Lausanne et Delémont. De 2004 à 2006, travaille parallèlement comme assistante à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Membre des comités de la Ligue suisse du patrimoine, section Jura, de 1996 à 1999 et de la SIA de 1998 à 1999.

    Antoine Voisard — Né en 1973 à Fontenais. Obtient son diplôme d’architecte à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en 1999. En 1997, remporte le prix «Eternit» et, en 1998 et 2009, deux prix de l’association Lignum. Depuis 1998, participe à divers concours et réalise quelques objets dans les cantons du Jura et de Fribourg. Parallèlement, étudie à l’Université de Lausanne l’écologie urbaine et se spécialise dans le domaine de l’aménagement du territoire. Entre 2001 et 2007, travaille comme urbaniste au sein de l’administration cantonale jurassienne. En 2008, est engagé par la Municipalité de Porrentruy afin de créer la fonction d’architecte-urbaniste communal. Depuis 2009, travaille en tant qu’indépendant à Porrentruy dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme. Président de la section jurassienne de Patrimoine suisse.

    Léo Biétry — Né en 1971 à Fribourg. Obtient son diplôme d’architecte à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich en 1996. Après diverses expériences dans des bureaux d’études, mène entre 2001 et 2006 une activité d’assistant, puis de collaborateur scientifique à l’Institut d’architecture de l’Université de Genève, où il obtient en 2006 un diplôme postgrade en urbanisme. Parallèlement, participe à divers concours d’architecture. Depuis 2006, mène à Lausanne une activité de traducteur et d’auteur indépendant, spécialisé dans les domaines de l’architecture et de l’urbanisme. Membre du comité de rédaction des revues COLLAGE (Fédération suisse des urbanistes) et VISO (Documentation suisse du bâtiment).

    Remerciements

    Les auteurs remercient chaleureusement pour leur aide précieuse:

    Orlando Agustoni, Peter Anker, Jacqueline Annaheim, Marco Bakker, Magali Béchir Dubois, Marcel Berthold, Mario Botta, Carolina Bürgy, Olivier Burri, Sylvio Casagrande, Mathieu Chaignat, Corinna et Jean Chatelain, Jean-Claude Chevillat, Pauline Chevrier, Pierre-Alain Chollet, Caroline Christe, Jean- Maurice Christe, Elisiana Di Bernardo, Dagmar Driebeek, Vincent Eschmann, Marco Fernandez, Bertrand Flückiger, Marcel Fringeli, Eliane Froidevaux, Giuseppe Genuise, Denis Gerber, Charles Gobat, Olivier Grossniklaus, Christian Gutzwiller, Famille Denis Hostettler, Thomas Huber, Pascal Janel, Olivia Jaquemet, Heinz Kerm, Philippe Kiener, Pierre Kohler, Marcel Krähenbühl, Nathalie Kury, Brice Lachat, Eva et Gérard Lachat, Romain Lachat, Catherine et Thomas Lehmann, Jean-Jacques Lehmann, Daniel Leuenberger, Tamara Longo, Mickaël Luternauer, Raphaèle Maître-Annaheim, Vincent Mangeat, Mario Mariniello, Ercole Masello, Philippe Meier, Miriam Mèlières, Bernard Mertenat, Daniel Messerli, Béatrice Michel, Henri Mollet, Angelo Mongillo, Heinz Müller, Joëlle Neuenschwander, Eric Ott, Christian Poma, Ariane Poncet, Jean-Louis Rais, Patrick Raymond, Marco Roth, Stephan Rüfenacht, Yves-Vincent Salamin, Renato Salvi, Claude Saucy, Jean-Philippe Staehelin, Michel Studer, Peter Süsstrunk, Laurent Theurillat, Claude Vauclair et Daniel Voirol.

 
  1. Collaboration à un numéro spécial de la revue Jura pluriel (JU/BE)

  2. 2010 -